Nos jeunes sont en détresse

Depuis le début de la pandémie, nos quotidiens ont été chamboulés. Au fil des mois, l’incertitude sur l’avenir s’accentue et le stress devient chronique pour plusieurs d’entre nous. C’est tout à fait normal compte tenu ce que nous vivons.

 

Les jeunes n’en sont pas épargnés. Ils font d’ailleurs partie des êtres humains plus vulnérables ; ils sont en plein développement et ils sont dans une période charnière de leur vie. Les mesures sanitaires imposées les impacts même grandement. Sommes-nous en train de sacrifier toute une génération?

Les cours en ligne conduisent plusieurs jeunes à abandonner leurs études. Selon la Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement (FQDE), le taux d’échec dans plusieurs écoles du Québec serait en moyenne de 30%. Nous parlons d’une hausse de 20%.

Ce ne sont pas des caprices ni un manque de volonté ; ils sont en détresse. Pour être disponible aux apprentissages et pour être motivé, l’environnement doit être favorable. Sans quoi, il est biologiquement impossible d’apprendre et de mémoriser de manière optimale. Un jeune sous stress et vivant des émotions désagréables verra ses facultés d’apprentissage diminuées. Sans émotions positives, sa motivation sera quasi nulle également. C’est ainsi que le cerveau humain est construit et par-dessus tout, il est construit pour être en relation.

En temps ordinaire, un événement stressant est un élément qui conduit un jeune au décrochage scolaire. Depuis le début de la pandémie, c’est un stress chronique que nos jeunes vivent. Certains sont mieux soutenus dans leur milieu ce qui leur permet de mieux composer avec la situation. D’autres n’ont pas ces mêmes conditions propices pour s’adapter : la pauvreté, manque de soutien aux ressources, médicalisation des défis d’apprentissage entre autres exemples soulignés lors de la 2e édition de Journée du Refus de l’Échec Scolaire. Des familles soutenantes avant la pandémie peuvent aussi vivent des moments difficiles et les parents se retrouvent moins disponibles pour leur jeune. Ainsi, plusieurs jeunes ne reçoivent pas le soutien adéquat tant pour leur permettre d’être écoutés dans leurs émotions et leurs besoins tant pour favoriser leur réussite scolaire.

Avons-nous pleinement mesuré les conséquences de cette hausse d’échec et d’abandon scolaire? Plusieurs experts mentionnent qu’il serait possible de voir une baisse de diplomation dans les prochaines années à tous les niveaux ; secondaire, cégep et universitaire. Ce ne sont pas seulement les jeunes qui en écoperont mais, toute la société. Nous aurions une génération sacrifiée et un manque de main-d’œuvre qualifiée.

Au-delà de ladite réussite scolaire il y a un enjeu hautement plus crucial et humain ; comment prenons-nous soin de nos jeunes?

L’impact émotionnel du confinement et des mesures sanitaires est préoccupant. Ces bouleversements émotionnels se traduisent souvent par des comportements chez nos jeunes. Les défis de concentration, l’ennui, l’irritabilité, l’agitation sont parmi les comportements fréquemment remarqués et en hausse depuis le début de la pandémie. Pour supporter ces émotions difficiles, instinctivement bien des jeunes se coupent de leurs ressentis en fuyant vers la cyberdépendance, l’abus d’alcool ou de drogues entre autres. Ainsi, nous assistons également à une hausse de cyberdépendance, d’intoxication aux substances, de troubles alimentaires. Malheureusement, ces comportements sont souvent traités comme des troubles neurologiques ou comportementaux. La hausse remarquée des diagnostics psychiatriques et de la médicamentation abonde en ce sens ; nous médicalisons les émotions de nos jeunes à défaut de les soutenir.

Également, selon une étude réalisée cet automne par l’Université de Sherbrooke, près de 37% des jeunes de 18-24 ans répondent à des critères de dépression majeure ou d’anxiété. Près de la moitié sont inquiets pour leur santé mentale. Selon une étude réalisée par l’Université de Picardie en France, 20% des étudiants ont scénarisé leur suicide! Certains ne se sont pas que contenter de visualiser leur suicide ; ils sont passé à l’acte. Le pire, nous ignorons combien! Le Québec n’est pas bien différent. Il faudra encore plusieurs mois, voire des années pour mesurer le réel impact des mesures sanitaires sur le taux de suicide chez les jeunes.

La souffrance psychique est encore malmenée. Remplie de fausses croyances et le manque de ressources est criant. Au niveau du cerveau, ce sont les mêmes zones de douleur qui s’activent que la souffrance soit physique ou psychologique. Souffrir psychiquement est douloureux physiquement. Par ailleurs, il est rare que nous mourrions physiquement d’une souffrance psychologique mais, c’est une des causes de mortalité prématurée compte tenu de la dégradation des habitudes de vie et de l’état de santé générale. Est-ce ce que nous souhaitons pour nos jeunes?

Collectivement, nous nous esquivons de notre responsabilité face à nos jeunes qui sont vulnérables et en plein développement. Nous négligeons le stress immense auquel nos jeunes doivent faire fassent quotidiennement avec un cerveau encore immature pour y faire face seul.

Nous ne voyons plus à quel point, collectivement et individuellement, nous leur faisons violence et que nous faillissions à notre tâche d’adultes en les abandonnant, en les méprisants, en les culpabilisants et en les rendant responsables de propager le virus et de potentiellement causer des décès. Génération d’enfants rois, égoïstes, irresponsables, c’est ainsi que nous avons dépeint notre jeunesse. Nous avons choisi d’adopter pour une approche punitive et coercitive pernicieuse plutôt que de comprendre ce qui se passe dans le cerveau et dans le cœur de nos jeunes. Nous augmentons leur détresse et involontairement, nous leur causons de la souffrance.

Nos jeunes sont gavés de pilules depuis les dernières années. On bourre nos jeunes d’anxiolytiques, de psychostimulants, d’antidépresseurs telle une norme banale acceptée socialement. Nous acceptons que la médication soit presque la réponse exclusive à la détresse sociale et psychologique. La médicalisation était déjà un remède pour l’échec du système scolaire et l’insuffisance des ressources psychologique. Nous n’avions pas préconisé l’approche humaine basée sur la relation d’attachement, l’écoute et l’accueil des émotions. Comme nous avions déjà l’habitude de régler les problématiques rapidement avec une médication, nous ne voyons même plus à quel point la détresse de nos jeunes est accumulée, grande et bien sentie.

Quand cesserons-nous de médicaliser les émotions des jeunes? Quand allons-nous les accompagner et les soutenir dans leur détresse et dans leur souffrance. Quand allons-nous véritablement aller à leur rencontre, à la rencontre de ce qu’ils vivent et à la rencontre de leurs véritables besoins.

Est-ce que ce mal-être psychique intense est considéré dans les prises de décisions? Est-ce que ces effets sur nos jeunes sont pleinement mesurés dans la balance d’inconvénients?

Les inquiétudes permanentes sont sources de stress durable et le sentiment de solitude en soi est une souffrance psychique que nous avons tendance à oublier. Le confinement à la maison qu’impose les cours en ligne est également une agression psychique contre notre nature humaine. Cet isolement social est à la source des problèmes de santé psychologique. Cette détresse psychique augmente le risque de dépression jusqu’à 9 ans après l’isolement social[1].

L’Association des pédiatres a déjà sonner la sonnette d’alarme. Les restrictions sanitaires sont en train de créer de sérieux problèmes chez toute une génération d’ados, a déclaré l’Association des pédiatres du Québec dans un communiqué émis en octobre dernier. Ils parlent carrément d’un « sacrifice générationnel ». Qu’attendons-nous?

 

Mélanie Ouimet

 

[1] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7267797/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Shares