Les répercussions du port du masque chez les enfants et les adolescents

Depuis le début de la pandémie, l’impact des mesures sanitaires sur les enfants inquiète plusieurs adultes.

 

Ils ont vécu l’arrêt scolaire au printemps dernier et ce, sur une longue période. Certains ne sont retournés dans leur milieu que cet automne. Ce confinement avait augmenté la détresse de plusieurs jeunes à plusieurs niveaux. Les mesures sanitaires implantées dans leur milieu scolaire comme le lavage fréquent des mains, la distanciation et les bulles sont un facteur de stress supplémentaire bien que le retour à l’école soit salvateur pour la plupart des élèves. Le port du masque sur de longues périodes s’est ajouté à ces mesures établies.

Nous n’avons aucune donnée quant aux effets des mesures sanitaires imposées chez les enfants et adolescents autant à court terme qu’à long terme. Pas plus que nous avons de données sur les répercussions du port du masque. Il n’existe aucune étude indépendante des fabricants sur l’utilisation de masques pour des enfants et adolescents qui pourraient les certifier comme produits médicaux sécuritaires.

Également, les matériaux utilisés diffèrent et aucune étude en ce sens a été réalisée sur les effets protecteurs ou néfastes sur le port du masque dans le quotidien. En soit, les décisions sont prises sans fondement scientifique probant et sans connaître les effets négatifs qui pourraient éventuellement peser plus lourd dans la balance que l’effet protecteur. Comment est-il possible de rendre obligatoire un produit sur une base médicale alors qu’aucune étude ne certifie le produit et que les effets secondaires ne sont pas connus?

D’ailleurs, nous avons appris la semaine dernière que le masque chirurgical sera maintenant obligatoire dans nos écoles secondaires mais, pas dans celles du primaire. Selon l’Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ), ces masques auraient dû être privilégiés dès le départ. Les masques en tissus n’offrent pas la même protection ; ils sont moins étanches. L’INSPQ rappelle toutefois que le port du masque chirurgical n’est pas infaillible et recommande un éventail de mesures dont entre autres d’optimiser la ventilation dans les écoles.

À l’Université de Witten/Herdecke en Allemagne un registre[1] a été mis en place où des parents, des médecins, des pédagogues et autres pouvaient saisir leurs observations. Au total, 363 médecins ont été invités à informer les parents et enseignants de la création de ce registre ainsi qu’à faire des entrées des données. En date du 26 octobre 2020, le registre comptait 20 353 personnes et des données saisies pour un total de 25 930 jeunes entre 0 et 18 ans. La durée moyenne du port du masque était de 270 minutes par jour, soit de 4h30. Le registre est encore ouvert à cette date.

Au total, 68% parents ont observé des effets indésirables du port du masque chez leur enfant. Celles-ci comprenaient l’irritabilité (60%), les maux de tête (53%), la difficulté à se concentrer (50%), moins de bonheur (49%), la réticence à aller à l’école / à la maternelle (44%), inconfort (42%) les troubles d’apprentissage (38%) et somnolence ou fatigue (37%). Des sensations d’essoufflement, des vertiges, des pertes de conscience, de la nausée, un sentiment de faiblesse, des douleurs abdominales et une respiration accélérée ont également été rapportés chez de nombreux enfants.

Également 25,3% des enfants ont développé de nouvelles angoisses ; ils ont peur que leurs parents meurent de la Covid, ils ont peur d’être étouffés par le masque et ils ont peur pour l’avenir. Des cauchemars et des troubles anxieux ont été remarqués chez les jeunes enfants qui ont de la difficulté à reconnaître les différents visages. Dans l’ensemble, les enfants de 7 à 12 ans ont été davantage touchés par les effets négatifs du port du masque.

Cette étude démontre que le port du masque chez les enfants produits des effets indésirables importants autant sur le plan physique, psychologique que cognitif.

Au Québec, il est également important de spécifier que les éclosions survenues dans les écoles cet automne comptait majoritairement moins de 6 cas[2]. Les cas de Covid dans nos écoles demeurent majoritairement isolés. Dans 43%, l’origine est éclosions provient du personnel. La transmission dans nos écoles québécoises semble peu fréquente, bien contrôlée et les éclosions sont minimes. Bien que les exceptions existent, nous savons que les jeunes sont très faiblement à risque de complications de la Covid.

Pourrions-nous envisager de revoir l’obligation du port du masque chez nos jeunes compte tenu la méconnaissance scientifique qui entoure autant l’effet protecteur que les effets secondaires?

La qualité de vie des enfants s’est grandement détériorée au cours des derniers mois. Ce registre nous invite à nous questionner sur ce que nous souhaitons collectivement pour nos enfants. Ce que nous faisons comme choix est-il éthique? Est-ce moral? Attendons-nous d’obtenir le risque zéro pour offrir la qualité de vie optimale que mérite nos enfants? Avons-nous bien mesuré l’impact à moyen et long termes de ces effets négatifs et de cette moindre qualité de vie sur le développement de leur cerveau?

 

Mélanie Ouimet

 

[1] https://www.researchsquare.com/article/rs-124394/v1

[2] https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1756604/lecons-ecole-eclosions-covid-19-etude-montreal

2 réflexions au sujet de « Les répercussions du port du masque chez les enfants et les adolescents »

  • janvier 22, 2021 à 8:32
    Permalink

    Oui,tout cela est exacte. Mais en pratique,que fait on?Quel moyen d’action?

    Répondre
    • janvier 23, 2021 à 8:36
      Permalink

      Soutenir nos jeunes dans la relation d’attachement, basée sur la confiance.
      Pour le reste, il s’agit de débats et de questionnements publiques qu’ils seraient assurément intéressants et pertients d’avoir.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Shares