L’immunité collective, un objectif irréaliste et irrationnel

Depuis le début de la pandémie, certains font une guerre irrépressible à la Covid-19. Leur objectif est d’atteindre coûte que coûte l’immunité collective et le zéro cas. C’est d’ailleurs un des messages envoyés par le gouvernement à la population.

 

Avec cet objectif et cette déclaration de guerre, nous faisons une chasse aux sorcières pour culpabiliser et punir chaque citoyen qui ne respecte pas adéquatement les mesures sanitaires. Ceux qui refusent la vaccination pour toutes sortes de raisons sont allègrement qualifiés de « récalcitrants » et d’ « anti-vaxx ». C’est également de leur faute si l’immunité collective ne s’atteint pas. Bref, si l’objectif n’est pas atteint, si nous avons encore des cas de Covid, c’est forcément qu’il y a un coupable.

Or, nous ne mettons que très rarement l’efficacité des mesures sanitaires en doute. Nous ne remettons d’ailleurs que très peu l’efficacité de la vaccination en doute que nous voyons comme la panacée pour nous sortir de cette pandémie. Alors, lorsque la vaccination ne semble pas fonctionner aussi bien que prévue, nous cherchons des coupables. Nous cherchons à vacciner davantage de personnes. Nous cherchons à contraindre chaque citoyen à se faire vacciner. Nous obligeons des groupes de travailleurs à se faire vacciner. Nous imposons un passeport vaccinal dont l’objectif n’est pas sanitaire. Nous savons que les personnes vaccinées transmettent et ainsi, pourront librement continuer la propagation des cas. L’objectif du passeport vaccinal n’est que coercitif et politique. Nous croyons si fort en l’immunité collective, atteignable seulement par la vaccination, que nous faisons de la dissonance cognitive lorsque certains réfléchissent et se questionnement. Si nous n’atteignons pas cette immunité, c’est forcément à cause des « récalcitrants ». Forcément, une partie de la société est égoïste et nous empêche de vaincre cette guerre déclarée au virus!

Pourtant, l’immunité collective pour un coronavirus est quasi impensable, en tout cas, cela ne s’est jamais vu. Maintenant pour la COvid-19, nous savons que les personnes vaccinées transmettent tout autant le virus que les personnes non-vaccinées[1]. À partir de ce fait, comment pourrions-nous atteindre l’immunité collective? De plus, ladite immunité que confère la vaccination chute drastiquement au fil des mois, tout comme la prévention contre les formes graves[2]. « Nous surveillons attentivement les autres pays et (sommes) inquiets de voir nous aussi ce qu’Israël voit, qui aggrave les infections au fil du temps parmi les personnes vaccinées », a déclaré mercredi la directrice des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis, Rochelle Walensky, lors d’une conférence de presse. Selon l’étude britannique Zoe COVID, basée sur plus de 1,2 million de tests, l’efficacité du vaccin Pfizer passe de 88 % dans le mois suivant la deuxième dose à 74 % après cinq à six mois, et celui d’AstraZeneca de 77 % à 67 % après quatre à cinq mois. Des analyses antérieures suggéraient une protection pendant au moins six mois. Dans le pire des cas, la protection pourrait tomber en dessous de 50 % chez les personnes âgées et les personnels de santé d’ici l’hiver, a mis en garde Tim Spector, chercheur principal de l’étude dans une déclaration à BBC.

Plusieurs experts dont le directeur de l’Oxford Vaccine Group sont d’ailleurs d’avis que l’immunité collective n’est pas une possibilité. Lors d’un panel parlementaire ayant eu lieu le 3 août 2021, le professeur Sir Andrew Pollard a averti que l’immunité collective est un concept « mythique ». Paul Hunter, professeur de médecine à l’Université d’East Anglia, a déclaré que « l’immunité collective est désormais « irréalisable » » tandis que Devi Sridhar, professeur de santé publique mondiale à l’Université d’Édimbourg, a averti « qu’il est peu probable que nous atteignions un « seuil magique » et que la propagation du Covid-19 disparaisse. »

François Balloux, directeur du Genetics Institute de l’University College de Londres, a ajouté :  » Ce n’est plus tant un ‘devoir envers les autres’ de se faire vacciner mais une protection pour soi-même. Il n’y aura pas de « mur d’immunité collective » derrière lequel se cacher. »

Certains ont mis énormément d’espoir en cette couverture vaccinale, qui suffisamment élevée, permettrait d’arrêter la propagation du virus, et ainsi la pandémie. Cependant, avec les dernières données que nous avons, l’immunité collective est une utopie.

Alors, qui sont maintenant les « récalcitrants », ceux qui résistent avec entêtement?

 

Mélanie Ouimet

 

Références:

[1] https://www.telegraph.co.uk/world-news/2021/07/30/china-battles-biggest-covid-19-outbreak-months-us-ramps-vaccine/ ; https://www.telegraph.co.uk/news/2021/08/06/fully-vaccinated-unvaccinated-can-transmit-covid/

[2] https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.08.06.21261707v2

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Shares